Charte pour la création d’un réseau des acteurs Mémoires et Histoires en IDF

Face à l’émergence croissante et multiple de « projets mémoriels » depuis la fin des années 1990, l’exigence que soit pensé en amont une articulation entre l’approche spécifiquement « mémorielle » et l’approche historique ou scientifique est posée à tous, acteurs associatifs et institutions publiques : la « mémoire est un matériau pour l’histoire ».

Aborder les questions des transformations urbaines, des migrations ou encore de la « mémoire » du travail ne peut se faire sans distance scientifique ; l’objectivation des matériaux mémoriels est indispensable à la production des connaissances.
Les « mémoires » singulières et plurielles s’inscrivent dans une histoire globale des rapports sociaux.
Le travail méthodique de sauvegarde et la valorisation des archives écrites, orales et audiovisuelles sont indispensables pour tout projet mémoriel. Il est tout aussi nécessaire de favoriser la mise en réseau et la qualification des acteurs, impliqués sur le territoire, à la conduite de projets culturels sur l’histoire et la mémoire.
Pour mener à bien ce travail au long cours, il nous faut prendre en compte :

L’émergence récente – historiquement - dans le champ politique, culturel et institutionnel des enjeux de mémoire (s) et d’histoire (s) des migrants

Outre le travail nécessaire sur les représentations dominantes, la complexité et le caractère innovant des problématiques mémoire (s)/histoire (s) percutent frontalement toute entreprise mémorielle et par la même, exige pour la mener à terme, des compétences pluridisciplinaires..

L’élaboration, l’appropriation d’outils méthodologiques et pédagogiques appropriés par les acteurs impliqués et les porteurs de projets.

La question de l’évaluation des ressources tant financières, qu’organisationnelles et logistiques à la mesure de ce nouvel enjeu est à la fois légitime et décisive.

Le travail en réseau ouvre pour tous les acteurs des perspectives d’avenir. Il permet aux uns et aux autres de mieux se connaître et d’approfondir à l’occasion de manifestations individuelles et/ou collectives, de mutualiser des dynamiques de travail sur le terrain sur des thématiques partagées.
Le lancement d’un réseau des acteurs dans ce domaine est le fruit d’une intelligence collective, basé sur l’égalité de ses membres. Ce réseau est l’expression de la volonté libre et indépendante pour construire un projet commun durable.

LE RESEAU – SON ORGANISATION – SES OBJECTIFS

Principes d’organisation – leur finalité

Un cadre fédérateur, évolutif, enrichi par les travaux des groupes thématiques et la structuration du réseau autour d’événements collectifs centrés sur les questions d’histoire (s) /mémoire (s) et de production (s) culturelles dans ce domaine.

Respecter et intégrer dans sa démarche la diversité des approches et des acteurs car elle est constitutive de la richesse du réseau et de ses actions.

Créer une dynamique régionale sur les questions d’histoire (s) /mémoire (s) des populations et des quartiers populaires. Par sa dynamique et l’investissement de ses acteurs, le réseau peut favoriser par les rencontres, les échanges et la production culturelle et artistique l’émergence d’un projet fédérateur autour de la promotion d’un véritable dialogue et échange entre les cultures.

La possibilité pour les acteurs et porteurs de projets, pour mener à bien toute initiative ou entreprise mémorielle de pouvoir s’adosser sur un réseau d’acteurs du territoire de la région Ile de France en lien avec les autres réseaux régionaux, nationaux et européens.

Son organisation – ses structures d’appui et de reflexion

  • Un comité de pilotage et d’organisation qui a pour principale mission de veiller à la permanence des orientations stratégiques définies par la charte et à la mobilisation de tous les acteurs porteurs de projets qui s’inscrivent dans la démarche.
  • Un comité de parrainage de l’initiative (institutions, personnalités, associations…)
  • Un comité scientifique
  • Des groupes de travail constitués de membres du réseau travaillant sur les thèmes suivants :
  • ( finances et ressources du réseau – le réseau et ses liens avec les autres réseaux régionaux et internationaux et plus précisément européens- l’organisation du réseau, son règlement intérieur )
  • La réunion plénière trimestrielle des membres du réseau pour affiner et compléter la charte et ses annexes au regard des propositions du Comité de pilotage à partir des conclusions des travaux des groupes de travail thématiques et de l’avis consultatif du comité scientifique.

Documents annexés à la charte :

  • Comité de pilotage : ses membres, son rôle, ses objectifs pour l’année en cours
  • Les structures d’appui et de réflexion : leurs membres, leurs rôles ( comité de parrainage – comité scientifique )
  • Les groupes de travail (thèmes – calendrier – échéances)
  • Les règles de fonctionnement internes et la structuration du réseau

ANNEXES

Réseau Mémoires/Histoires en Ile-de-France
Résolution

Les échanges lors des travaux des groupes de travail n’ont fait que confirmer la situation particulièrement périlleuse que vivent actuellement les associations et plus précisément les plus petites d’entre elles. La prise en compte de leur apport, de leurs actions contribue au développement d’une démocratie citoyenne. Cela nous confirme aussi dans notre volonté d’agir vite et collectivement dans l’intérêt du réseau associatif dans son ensemble.
Aussi, tenant compte de ce contexte et pour des raisons éthiques, à la fois militantes et professionnelles il nous apparait nécessaire de réaffirmer et de préciser un certains nombre de points :

  • Le réseau dont toutes les ressources (y compris financières), les actions et initiatives devront tendre vers un objectif essentiel qui seul justifie et légitime son existence : œuvrer pour une reconnaissance des actions et projets des associations membres du réseau dans le champ de la mémoire et de l’histoire (mémoire des migrations, mémoire des quartiers et mémoire du travail) dans une dynamique locale, régionale et en synergie avec les réseaux des autres régions de France et européens,
  • Dans la mesure de ses moyens, le réseau devra appuyer et accompagner les associations membres dans leurs démarches auprès des pouvoirs publics pour disposer des moyens financiers nécessaires à la réalisation de leurs projets et à leur bon fonctionnement,
  • En aucun cas le travail en réseau ne doit se substituer au travail et aux activités propres de chaque association,
  • Le réseau s’engage à préserver son autonomie et sa liberté d’action et de décision et celles de toutes ses instances à l’égard de toute institution publique et organisation privée.

Groupe de travail
« Finances et ressources du réseau »
Animateur : un membre du comité de pilotage

Composition du groupe : 4 à 6 membres actifs de la réunion plénière

Echéances - objectifs :

1-Financement de la préfiguration et d’installation du réseau

  • Modalités du financement d’installation de la logistique du réseau par les institutions d’appui ( CRIF- Acsé – ville de Paris – DRAC…)
  • Quelle logistique et quels moyens ? ( secrétariat – locaux – déplacements etc…)

2- Financement du projet réseau :

  • Les financeurs de proximité : CRIF – Acsé IDF- communauté urbaine etc…
  • Les financeurs potentiels : l’Europe, les fondations, le mécénat etc…

Remarques :
Il est souhaitable que les participants à ce groupe ait une connaissance des problématiques de financement par les institutions publiques ou privées.
Tenant compte de l’importance du thème, il est essentiel que le premier objectif soit atteint durant le premier trimestre de l’année 2010.

Groupe de travail
Le réseau
Ses liens avec les réseaux régionaux et européens
Son organisation – son fonctionnement interne

Animateur : Un membre du Comité de pilotage
Sa composition : 4 à 6 membres actifs de la réunion plénière

Objectifs – Echéances  :

  • Informations sur les expériences existantes. Mise en lien, échanges et confrontations des projets, des pratiques en œuvre dans les autres régions ( un document de synthèse devrait être soumis au CP puis à la réunion plénière à la fin du trimestre 2010)
  • Organisation d’un séminaire de travail avec les réseaux régionaux pour analyser les conclusions du document.
  • Elaboration et organisation d’ une action conjointe avec une/des structures régionales. Remarques : Il serait réaliste de confier ce travail à un chercheur voire à un(e) étudiant(e) ( doctorant) sous la direction du comité scientifique et du CP ; ces travaux analysés dans le groupe de travail seront validés par le CP. La synthèse sera soumise à débat à la réunion plénière. L’évaluation des besoins en financement devront tenir compte des honoraires mais aussi des déplacements nécessaires.

Groupe de travail
Le réseau
Ses structures d’animation et de régulation
Ses structures d’appui et de réflexion/Méthodologie
Animateur : Un animateur membre du CP
Composition du groupe de travail : 4 à 6 membres actifs de la réunion plénière

Objectifs et échéances :

1-Réunion plénière et comité de pilotage

  • Rôle et prérogatives de la réunion plénière et du CP au regard du processus de mise en place du réseau, de sa dynamique, de son projet en construction et des expériences existantes.
  • Les outils d’organisation et de régulation ( règlement intérieur- critères d’appartenance au réseau, calendrier des réunions etc..).

2-Les structures d’appui et de réflexion/Méthodologie

  • Leurs rôles et prérogatives ( comité scientifique, comité de parrainage)
  • Le réseau et les institutions ( Etat et les Collectivités territoriales )

Remarques :
Les travaux de ce groupe de travail devront être en lien avec ceux du groupe « réseaux régionaux et européens » pour tirer des enseignements des expériences en cours.
La rédaction d’un règlement intérieur ou pour le moins l’énoncé de quelques principes de base d’appartenance et d’organisation du réseau me semble incontournable pour éviter l’épuisement et assurer la capitalisation de nos travaux.

Structure(s) organisatrice(s)


- Réseau Mémoires-Histoires en Ile-de-France