Paris, le 06 avril 2011

Communiqué de presse du 06 avril 2011

‘MEMOIRES ET HISTOIRES URBAINES’

Dans un contexte de transformation et de rénovation urbaines majeures,
quelles places les projets mémoires et histoires ont-ils encore ?
Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour améliorer leur pertinence ?

UNE RENCONTRE DÉBAT EXCEPTIONNELLE
SAMEDI 23 AVRIL 2011
PAVILLON CARRE DE BAUDOUIN PARIS XXè

Les projets mémoires ou histoires se sont multipliés depuis une vingtaine d’années dans les « quartiers populaires et ouvriers ». Ils sont aujourd’hui inscrits au cœur des politiques publiques et des dispositifs de financements. Si ces projets sont porteurs de dynamiques positives, ils sont également tiraillés par des contradictions.
Les projets mémoires s’inscrivent souvent directement dans les processus de concertation collective mis en place par les pouvoirs publics dans le cadre des projets de rénovation ou de transformation urbaines. Quelle est l’adéquation des projets (et les décalages) par rapport aux réalités des quartiers populaires ? Comment la parole des « habitants » est-elle entendue ? Quelle place réelle et quelle capacité de décider laisse t’on aux ‘habitants’ ?

Le Printemps de la mémoire, première biennale proposée par le Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France, propose de réfléchir à cette thématique dans le cadre d’une rencontre-débat exceptionnelle samedi 23 avril prochain au Pavillon carré de Baudouin.

Rapporteur de la rencontre : Jessy Cormont, sociologie et militant associatif
Animateur : Mohammed Ouaddane (Trajectoires et coordinateur du réseau mémoires-histoires en Île-de-France)
Expériences et projets : Marc Flavigny (association Atellanes), Dominique Falcoz (Théâtre de la Nuit), Farid Taalba (Forum social des Quartiers Populaires), Fabienne Cossin (association Salle Saint-Bruno), Frédéric Brun (Mix’Ages-Entr’Aide) et Erwan Ruty (Ressources Urbaines)

Une projection (extrait de 40 minutes) du film Ma ville d’hier à demain de Olga Gambis en co-production avec Arcadi, ponctuera la rencontre.

Informations pratiques
Rencontre-débat de 14h à 17h30.
Pavillon Carré de Baudouin - 121 rue de Ménilmontant 75020 Paris 20ème. . Métro Gambetta.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation directement sur place ou par téléphone au 01 58 53 55 40.
Ce temps fort est réalisé en articulation avec la séance de projections-débat « Silence, on rénove ! » du 24 avril à la Bellevilloise, sur le thème des transformations urbaines et sociales des quartiers de Belleville-Ménilmontant.

Cette biennale se tient du 15 mars au 31 mai 2011 dans différentes villes d’Ile-de-France : Paris, Aubervilliers, Saint-Denis, Arcueil, Villers-le-Bel, Damarrie-lès-Lys, Bièvres, Champigny-sur-Marne, Sevran…
Son objectif est de valoriser et faire connaître le travail des associations et des structures, et de toutes celles et ceux qui, au quotidien, investissent le champ de la mémoire. La biennale est l’occasion de présenter une cinquantaine d’initiatives et d’évènements portés par des associations locales, régionales ou nationales, au travers de différentes formes de restitutions : rencontres-débats, projections de films, expositions, spectacles vivants, etc.
Au-delà des initiatives et évènements portés par les différentes associations, le réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France propose tout au long de sa biennale des temps forts, véritables moment de rencontres et d’échanges, pour partager les expériences et les réflexions de chacun et construire ainsi de nouvelles dynamiques d’intervention et d’actions.

Les autres temps forts de la biennale
 14 mai : Mémoires, arts et cultures
au Cabaret Sauvage (Paris, Parc de la Villette) de 14h à 17h30.
 27 mai : Mémoires ouvrières, mémoires des luttes
à El Hogar-FACEEF (Saint-Denis) de 9h30 à 12h30.
 27 mai : Migrations : mémoire(s) et patrimoine(s)
à El Hogar-FACEEF (Saint-Denis) de 14h à 17h.

A propos de la Biennale
Depuis plusieurs décennies, la mémoire et l’histoire des habitants et des quartiers sont devenues des thèmes importants d’initiatives démocratiques dans la région Île-de-France. Ces actions souvent locales, sont portées par des associations, des artistes ou des collectifs d’habitants avec comme souci majeur de préserver, de collecter, de rendre visible et de valoriser différents aspects des histoires et des mémoires souvent oubliées ou peu connues du grand public. Comment ces initiatives très diverses (dans leurs formes, dans les disciplines artistiques qu’elles explorent, dans leurs contenus voire leurs échelles géographiques) rentrent-elles en résonance avec les grands débats de la société d’aujourd’hui, notamment sur les identités, les cultures, etc. ? Existe-t-il une cohérence entre les différents projets qui donnerait du sens à une interrogation commune de la société francilienne sur son passé et son devenir ? La biennale propose une réflexion autour de ces différentes questions. Les différents évènements et manifestations sont ouverts au grand public. Le site Internet www.biennale.memoires-histoires.org présente l’intégralité du programme de la biennale et toutes les informations pratiques.

A propos du réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France
Créé le 22 mars 2010, le réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France mène un travail de mutualisation et de réflexion sur le champ de la mémoire et de l’histoire sociale et culturelle, décliné de manière transversale sur les grandes thématiques des questions urbaines et des quartiers populaires des migrations, du monde du travail et du monde ouvrier. Réunissant plus d’une trentaine d’associations locales, le réseau existe autour d’orientations claires et concrètes. Impulser de nouvelles dynamiques citoyennes, inscrire plus durablement les actions sur les territoires et auprès des populations, agir contre les logiques de cloisonnement… tels sont les enjeux scientifique, culturel et pédagogique du réseau.
Par les questions qu’il soulève, les réflexions qu’il mène et les orientations qu’il propose, le réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France est aujourd’hui une force collective qui interpelle le champ politique, et ce, dans un contexte de fragilisation économique et sociale.
Plus d’informations sur le réseau : www.memoires-histoires.org

Contacts Presse
Agence 914 – 01 42 52 60 29
Juliette Laniray / juliette@agence914.fr / 06 11 76 22 09
Interviews, dossier de presse et visuels disponibles sur simple demande.

Contacts Réseau
Coordination : Mohammed Ouaddane (Association Trajectoires) / contact@memoires-histoires.org / 06 11 29 59 18

Avec le soutien de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Île-de-France (DRJSCS), et de la Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté (DAIC).

Structure(s) organisatrice(s)


- Agence 94 - Juliette Laniray